Match Entre-Deux TC1 contre TCMCF 6

Suite des péripéties des pistoleros de Champ Fleuri, ce coup-ci, la bande se déplace dans l’ouest sauvage pour se confronter aux féroces tireurs de l’Entre-Deux. La tension est palpable et l’humeur triste, car tard dans la soirée, nous avons appris la perte de notre numéro 1, Dimitrinita, qui au lieu de se blesser à la 3ème mi-temps ou à l’apéro, a laissé une cheville sur un terrain de rugby. Gageons qu’il l’a « désinfecté » à l’alcool fort plus tard. C’est donc dans la douleur de la nouvelle et diminuée, que la team se déplaça à 4, les autres purgeant des peines de prisons ou purgeant tout court, n’ayant pu se libérer. La motivation est là et l’adversité ne nous a jamais arrêtés. L’équipe est néanmoins solide, composée de Gilbert « the captain », Laurent « Crokett », Thomas « Over the top » et Olivier « Tombstone », un groupe qui peut faire la différence en duel et expert en tirs croisés.

On se console en apprenant qu’en face, ils ont eu à payer un lourd tribut dans leur joute car à force de tirer, leur numéro 1 et 15-1 était blessé au poignet (les mauvaises langues diront que ce n’est pas à force de tirer, mais ce n’est des ragots sur lesquels nous vilipenderons car ce n’est pas à nous journalistes sportifs de divulguer qu’il fréquente la boîte gaie… Désolé, mais les années 90 ont encore de beaux restes) .

L’accueil est cordial et sympathique mais les joueurs ne s’y laissent pas piégés car les duels s’annoncent féroces. Nous eûmes la chance de suivre en léger différé l’intégralité des rencontres.

Olivier en 4 joue Enzo Legros Dupre « le jeunôt » et Thomas, Alexandre Grondin dit « le bûcheron ».

Petit anecdote, la team est divisée car un des terrains de l’Entre-Deux est en travaux et Thomas est délocalisé, accompagné de Laurent sur un terrain aux couleurs chamarrées avec des bosses pendant que Gilbert coachait Olivier.

Les matchs commencent et il fait chaud, très chaud dans ce désert de l’ouest, au point que le captain voit des mirages et croit voir Laurent sur le terrain. Nos vaillants tireurs plient le premier set efficacement (6-1 pour Thomas, 6-2 Olivier) mais tel les Anglais, nos adversaires préféraient la 2ème salve et offraient une deuxième manche bien serrée. Thomas se démène alors que des bicycles circulent à côté du terrain, 5-5. Le stress se fait sentir sur toute La Réunion. Olivier a un coup de mou et Enzo (14 ans, c’est moche, la guerre, ils les prennent de plus en plus jeunes.  « Au Vietnam, ils en avaient 19 » disait Yves MOUROUSSI) en profite (6-3) et amène Olivier au super tie break surnommé la nouvelle roulette russe à ne pas confondre avec la poulette russe (tout aussi dangereuse). Malheureusement, la balle s’est logée dans la fesse d’Olivier et 1-0 pour l’Entre-Deux.

Thomas resserre son niveau de jeu (et les fesses…) et termine le boulot 7-5.

TCMCF one point – EntreDeuxTC one point.

11H20 : Il était temps pour Alex d’attaquer l’apéro afin d’évacuer tout ce stress au grand dam de votre serviteur, qui devait se dessécher pendant encore une heure. On voit ceux qui savent s’organiser mais c’est aussi la raison de son recrutement (D’ailleurs, l’équipe 6  dépose en projet en plus du brevet la création d’un beer tennis si ça intéresse du monde, la licence est valable à vie).

Gilbert et Laurent entrent en scène avec leur partenaires respectifs Ugo THEBAULT et Frédéric DARBO. Ils démarrent plutôt bien et sont expéditifs car 6-2 pour Laurent et Gilbert 6-3.

Mais il fait de plus en plus chaud, et le résumé des premiers matchs collent parfaitement aux matchs en cours puisque Laurent tire presque à blanc et perd 6-2 pendant que « Captain Caverne » (le héros de mon enfance) Gilbert s’arrache pour gagner 7-5 malgré un coup de mou.

The roulette russe pour Laurent qui décide de jouer le numéro 6 et s’y arrête alors que son adversaire arrive à 10 à High noon, euh 13H en fait.

 

TCMCF 2 points – EntreDeuxTC 2 points

Alex, Chris et moi étions totalement déshydratés après les péripéties de nos partenaires et espérions qu’ils n’avaient pas oublié les conseils diététiques et de préparations physiques à base de houblon que nous leur avions prodigués.

Et là, c’est le trou noir, faute de commentateurs (ils sont tous sur les courts), le stress monte, les verres se vident. Soudain, un premier message arrive 6-1 pour Thomas et Laurent contre Alex et Ugo.

Nos adversaires ont mixés les paires pour essayer de gagner les 2 doubles.

La délivrance arrive vers 16H. 6-1 6-1 pour Thomas et Laurent, Gilbert et Olivier gagnent 6-3 6-3 contre Frédéric et Enzo. Les rois du double, ce sera nous. (Faut que j’arrête les mangas)

Ouf, Olivier et Thomas ont particulièrement brillé, le premier avec un geste technique ventilé de toute beauté, le deuxième se relâchant de bien belle façon en simple au moment décisif.

La semaine, ce sera vacances et plages à Saint Paul. Quoi !? On joue encore au tennis !!!!

Mais, avec plaisir, nous retournons « il était une fois dans l’ouest ». Euh non , ça fait 2 fois.

Et dans le soleil couchant, des cowboys solitaires (ouais, je sais, si c’est des, ils ne sont pas seuls, mais bon, il faut conclure) rentrèrent dans leur maison en chantant :

« I’m a poor and lonesome cowboy, I’m a lon long way from home. »

To be continued.

HK