TCMCF 6 contre TC Saint Louis 3

« The magnificent seven »

Comme le sous-titre l’évoque, nous étions 7 pour défendre les bâtisses de Champ Fleuri en ce beau dimanche… En fait, non, car la pluie s’est donnée rendez-vous en même temps que l’affrontement, et les pistoleros craignant l’eau, nous attendîmes patiemment de pouvoir passer la raclette (non, aucune vanne originale ne me vient, Aurélie les a toutes faîtes avec ou sans fromage). Les hordes d’assaillants se pressaient à nos murs prêts à tirer car j’ai l’impression qu’ils veulent dégainer vite. Enfin, horde est un mot un peu fort vu qu’ils sont 5 et sympathiques.

Bref, pour cette dernière journée, nous voulions terminer vaillamment la saison aussi, nos plus fines gâchettes étaient présentes. Pour les duels, the captain « GiulBrinner » débutait contre Bertrand the  D et tel « James Comaski », j’affrontais le chef des visiteurs Thierry the B.

GiulBrinner débutait bien face à un adversaire qui tirait fort mais fût imprécis par moment. 6 balles dans le corps du visiteur à 3 seulement dans le ventre du captain, c’est bien mais le deuxième set rééquilibra les débats puisque Bertrand gagna 6-4. Du coup, fatigués tous les deux, ils se mirent à la roulette russe et après avoir vidé un ou deux barillets (je leur avais dit de mettre au moins une balle la première fois, d’ailleurs sans balle, pas de tennis, alors que pour 100 balles, ben t’as quelques balles…), GiulBrinner sortit du terrain victorieux.

Pendant ce temps, j’attaquai fort (une fois n’est pas coutume) et gagnai le premier set 6-2. Je vois aussi que sur le terrain voisin, Chris « Beer Bronson » démarrait son match contre Jean-Luc S et je me dis qu’on peut finir dans les temps pour manger et rentrer dans nos chaumières tôt. Nous étions à la moitié du 2ème set, que je vois revenir Chris avec son sac, sans savoir ce qui se passe à part un cri du cœur qu’il poussa, arrivé à la terrasse « Maisssssssssssss ta gueule ». En fait, Chris est de loin le tireur le plus rapide de l’ouest sauf que comme son homonyme dans le film, il a lancé des couteaux alors que son adversaire avait choisi la carabine. Ce fût bref, sans ombrage, défaite 6-2 6-0. Décidément, ça fait 2 week-ends où on oublie de vider nos chargeurs et où certains finissent à 0 : il s’agirait de pas trop en prendre l’habitude. Mais bon, il faisait chaud et Chris perdant beaucoup de sang (ria ?), on a dû le perfuser avec les moyens du bord, c’est-à-dire au fût.

Les difficultés se multipliaient pour moi sur le court car les débats s’étaient équilibrés avec mon adversaire, mes coups ne le déstabilisant plus, et les avantages ne tournant plus en ma faveur. Le coup de grâce vient de la per « fût »sion  au fût de GiulBrinner  et de la deuxième de Chris sur l’autre bras. Finissant au super tie-break de me vider de mon sang, en résistant du mieux que je pus, je m’incline, déçu certes, mais battu à la régulière par Thierry qui vint avec moi se faire perfuser à son tour.

Pendant ce temps, sur le court du massacre de Chris « Bronson », Thomas « Vaughn » était entré en lice contre Frédéric « Ice » T dit le jeune. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Thomas n’est pas prêt sans doute à cause de la « performance » rapide de Chris, il dégaine vite et fort mais son adversaire n’est pas en reste et est plus précis, il enlève le premier set 6-1 et impressionne Thomas(enfin, bon Thomas lui rend 20 cm en hauteur, en long, en large et peut-être en âge 😉  ). Du coup, c’est en nage (il fait toujours très chaud) que Thomas serre le jeu (et les fesses) et on a un vrai duel au soleil, heureusement que pour nous, à côté, l’abreuvoir est plein malgré Chris, the Captain, Alex « BeerHoltz » (en embuscade) et moi-même. Frédéric est décidément très bon en retour malgré les énormes services de Thomas et il arrive à gagner ce second set 6-4.

3-1 pour les pistoleros de l’ouest.

Du coup, nous attaquons le repas et surtout le vin (merci à tous pour ces nectars), et comme on ne change pas une équipe qui gagne (certains pistoleros voulaient surtout bien manger et boire), GiulBrinner fait rentrer nos 3 mercenaires tout frais pour jouer le match nul et sauver ce qui reste à sauver, c’est-à-dire pas grand-chose. (De toute façon, impossible d’enlever la perfusion de Chris, le captain, servant de canne, était aussi bloqué pendant que votre serviteur, se demandant encore pourquoi il continuait cette carrière de mercenaire pas très heureuse, se décidait à soutenir nos 2 paires de tireurs).

 

 

C’est donc Alex Beer et Thomas V. contre Fréd et Bertrand tandis qu’Olivier « Dexter » – Laurent « Mac Queen » affrontaient Jean-Philippe tout frais aussi et Jean-Luc. Ce fût 2 doubles magnifiques, volées, services, lobs, tirs croisés-décroisés (prétexte, oui) avec Olivier qui a replacé son demi-tour ventilé à la volée, jusqu’à Thomas qui, se disant qu’Alex prenait trop de place (et jouait trop mal, peut-être) , l’abattît lâchement d’une balle dans le bas du dos. De toute façon, nous ne pouvions tous survivre à cette journée et c’est l’invincibilité d’Alex qui en a pâti (quelle solidarité 😉 ) car 2 nouvelles roulettes russes plus tard, nos 2 paires s’inclinèrent .

Score sans appel de 5-1 pour Saint Louis.

Cette nouvelle campagne n’a pas eu le succès escompté puisque la victoire nous a fuis à cause de trop de balles perdues mais nous nous sommes encore une fois bien battus, de nouvelles têtes se sont ralliées à nous, signe de l’inspiration grandissante que nous répandons à chaque joute et l’ambiance de folie toujours présente. Gageons que toute cette troupe se fera un plaisir de repartir l’année prochaine dans ce farwest hostile ou l’est ou le sud, qu’importe le lieu pourvu qu’on ait le houblon (NE l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et l’auteur ne peut être tenu pour responsable de toute envie de boire suite à la lecture de ses textes. Ok , c’est bon, je suis couvert).

The End.

Casting :

Gilbert, Alex, Chris, Laurent, Olivier, Thomas, Frédéric, Dimitri, Hervé.

Scène Post Générique : En fait, c’était the Magnificent Nine mais la suite risque d’être Ocean 10,11 ou 12.

Sinon, peut-être 2020, l’Odyssée de l’espace, en espérant que ce ne soit Alien ou Starship Trooper.

Bref, (est-ce que je peux encore dire çà après tout ce texte ?), à la saison prochaine, si les productions de Champ Fleuri nous permettent de faire une nouvelle saison.

HK

Retour haut de page